MENU

Justin Doucet : la présence rassurante du gentil géant

 

L’organisation des Voltigeurs a toujours été réputée pour avoir beaucoup de classe et pour faire confiance à des joueurs qui sont munis de beaucoup de caractère. Justin Doucet est le parfait exemple de cette mentalité drummondvilloise.

Je connais Justin depuis déjà trois ans et ce que j’aime le plus de lui, c’est qu’il n’a pas changé du tout. Toujours aussi sympathique, toujours aussi souriant et surtout, toujours aussi extrêmement respectueux. Une qualité que partagent plusieurs anciens joueurs de l’organisation des Grenadiers de Chateauguay, organisation que je respecte au plus haut point.

Personne ne semblait convaincu de l’avenir du gros bonhomme lorsque je me rendais aux matchs des Grenadiers à l’époque, mais je vous avoue avoir été très intrigué par le #98 dès les premiers matchs. J’ai vu, de mémoire, tout près de 20 matchs des Grenadiers cette saison-là et chaque fois, Doucet me donnait une impression différente.

J’aimais ça !

Un match, c’était une bonne performance pour ses habiletés offensives, un autre match, c’était au tour de ses épaules de parler, pour une autre rencontre son leadership était contagieux et son jeu défensif prenait le dessus sur tout le reste. Un gros attaquant complet capable d’influencer positivement ses coéquipiers. Justin Doucet, c’était ça et ça l’est encore aujourd’hui.

Le gros 98 n’est pas celui qui amasse le plus de points, ce n’est pas celui qu’on va nommer dans les trois étoiles après le match, ce n’est pas celui qui va se retrouver à l’avant-plan lors d’une victoire, mais sans trop faire de bruit, Justin Doucet rend tout le monde autour de lui meilleur. C’est le genre de coéquipier que vous voulez avoir à votre droite dans le vestiaire, que vous voulez avoir sur votre trio lors d’un match un peu plus robuste, ce n’est pas celui que vous voulez avoir à votre gauche dans l’autobus parce que sa carrure fait en sorte que le trajet sera un tantinet plus long, mais c’est certainement celui que vous voulez avoir à votre droite lors du repas.

On nous parle souvent des « skills » d’un joueur, on nous parle aussi très souvent de sa fiche. Ah, il n’a pas beaucoup de points, il doit être ordinaire comme joueur…

Le hockey c’est plus que ça.

Le hockey, c’est un concept d’équipe.

Une équipe, ce n’est pas 20 joueurs qui sont capables de marquer un but spectaculaire à chaque présence sur la glace. Une équipe, c’est un « tout ». Une équipe se compose d’éléments qui vont se compléter pour devenir une pâte de ciment ( je ne sais pas vraiment si ça existe, mais bon vous comprenez mon point ). Une équipe c’est un mélange de plein d’ingrédients et un ingrédient comme Justin Doucet est beaucoup plus important que vous le pensez dans une recette.

J’ai d’ailleurs posé la question au principal intéressé sur son rôle avec les Rouges et voici ce qu’il m’a répondu à ce sujet :

« Je pense que j’apporte de l’assurance et de l’intensité durant les matchs. Ma présence physique rassure les plus jeunes. Mon éthique de travail et ma passion ajoutent aussi de la bonne humeur dans la chambre. »

L’ayant sélectionné au 3e tour de l’encan 2014, Dominic Ricard me disait ceci de son gentil géant :

« Il amène de l’énergie, une prestance, une implication physique et il sécurise nos joueurs offensifs. »

On se plaint souvent qu’il n’y a pas assez de joueurs québécois dans la LNH. Au fait, il n’y en a que 34 cette saison.

34…

On devra un jour se regarder dans le miroir et se demander pourquoi yen-a-t-il si peu. Pour la simple et bonne raison qu’on ne cesse de former le même genre de joueur ici au Québec. Le petit attaquant offensif rapide avec de bonnes mains capable de jouer en avantage numérique et de récolter sa part de points. Jamais, on ne pense de développer le gros attaquant mobile capable d’appliquer de solides mises en échec et de jouer un rôle de premier plan sur une troisième ou une quatrième ligne dans la LNH.

Les joueurs comme Justin Doucet sont des projets intéressants et croyez-moi, des gros bonhommes capables de jouer au hockey, il y en a beaucoup plus que vous pouvez le croire au Québec. Mais vous savez quoi ? Les gros bonshommes vont probablement opter pour le football puisqu’ils savent très bien que les chances de percer sont plus grandes que s’ils poursuivent leur rêve de devenir hockeyeur professionnel.

Justin Doucet est un rouage extrêmement important aux Voltigeurs et ce, peu importe s’il n’a qu’un seul point depuis le début de la saison.

Chapeau au personnel d’entraineurs des Rouges de savoir apprécier les joueurs pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils devraient être.

plus de nouvelles
La prolongation sourit aux Mooseheads
Il y a 2 jours
Départ en force contre Halifax
Il y a 3 jours
Trois buts en prolongation plus tard, les Voltigeurs sont en demi-finale
Il y a 1 semaine
Mesures spéciales pour la demi-finale
Il y a 1 semaine
Série Phoenix-Voltigeurs : une affaire de famille!
il y a 2 semaines
Explosion offensive : les Voltigeurs en contrôle de la série
il y a 2 semaines