MENU

Les nouveaux Volts sont électrisants!

QMJHL

Il y a un problème à Drummondville.

Les Voltigeurs, fraîchement débarqués d’une saison 2018-2019 au cours de laquelle ils ont remportés 52 matchs avant de se rendre en demi-finale de la Coupe du Président, ont dû effectuer des changements à pratiquement tous les niveaux de leur alignement.

Cela veut dire que pas moins de 12 joueurs au sein de la formation actuelle ont fait leur début dans la LHJMQ cette année. Les experts étaient unanimes avec leurs prédictions d’avant-saison ; la route qui ramènerait Drummondville dans la conversation des clubs les plus respectés allait être longue.

C’est là que se situe le problème : personne ne l’a dit aux Voltigeurs.

En fait, cette collection d’individus négligés – qui possèdent le deuxième plus haut total de points dans l’Association Ouest – s’est avéré être, toutes choses considérées, le bon mix de joueurs.

_

Alors que les joueurs pliaient bagage pour quitter ou pour se rendre à Drummondville durant la saison morte, un autre nouveau visage s’est joint aux troupes, un qui allait être directement responsable de l’allure éventuelle de la formation. On parle évidemment de Philippe Boucher ici.

L’ancien défenseur de la LHJMQ et de la LNH, après des arrêts derrière le banc et comme directeur général de l’Océanic de Rimouski et des Remparts de Québec, avait hâte de profiter de son bagage d’expérience dans le rôle qu’il a accepté en mai dernier.

« Vous devez comprendre qu’il s’agit de la troisième fois que je serai un directeur général dans la LHJMQ et que chaque situation était différente », a expliqué Boucher. « Il nous restait quelques morceaux de l’an dernier à Drummondville. Quand tu bâtis une équipe comme la saison dernière et qu’en bout de ligne tu ne gagnes pas, tu es laissé avec un goût amer. Je voulais aider l’équipe à tourner la page. »

Mais comment parvient-on à tourner la page quand une véritable panoplie de vedettes – incluant les attaquants Joseph Veleno et Maxime Comtois, les défenseurs Pierre-Olivier Joseph et Nicolas Beaudin, ainsi que le gardien Olivier Rodrigue – ont gradué ou quitté via transaction? Clairement, le bon plan doit être mis en place.

Boucher est le premier à l’admettre par contre; le meilleur plan est plus axé sur la perspective que sur la stratégie.

« On m’a demandé de livrer un plan », dit-il. « Tu peux mettre un plan en place sur papier, mais il ne patinera pas. Tu as besoin de voir les joueurs sur la glace. Je voulais simplement les regarder jouer un peu pour voir ce qui allait se passer et, ensuite, analyser et réagir. »

Mais tout ça n’est que pour les joueurs. Qu’en est-il des personnes responsables de guider les troupes?

« Nous avions une décision à prendre concernant [l’entraineur-chef] Steve [Hartley] », se souvient Boucher. « Nous avons pris la décision de le garder avec nous, et nous nous sommes assurés de l’entourer d’adjoints de qualité aussi. C’est important d’avoir les bonnes personnes aux bonnes places. »

En ce qui concerne les joueurs qui sont de retour, l’accent a été mis sur la qualité avant la quantité. Tel est le cas avec le centre de troisième année, Dawson Mercer, qui a profité d’un étincelant début de saison pour se mériter une cote de « A » dans le dernier classement de la Centrale de recrutement de la LNH ainsi qu’une invitation au camp de sélection d’Équipe Canada en vue du Championnat mondial de hockey junior 2020 de l’IIHF.

Parlez avec Mercer pendant quelques minutes et vous verrez que ses qualités comme personne et comme joueur de hockey sont symboliques des succès que lui et ses coéquipiers connaissent.

« Avec le groupe de joueurs qui était de retour, nous savions que nous étions capables de surpasser les attentes », a dit Mercer. « Ensuite, Steve [Hartley] et Philippe [Boucher] ont fait venir le bon groupe de nouveaux joueurs. Nous les vétérans avons mis la barre haute dès le camp d’entrainement et les nouveaux venus se sont ajustés très rapidement. »

Parmi ces nouveaux visages on retrouve Isiah Campbell, acquis des Eagles du Cap-Breton durant la saison morte pour procurer du renforcement offensif à un club qui en avait besoin. Malgré un manque d’expérience flagrant à la ligne bleue, le groupe de défenseurs s’en sort très bien jusqu’ici, mené par les recrues Jacob Dion et Thimo Nickl, en plus de Thomas Pelletier, ce dernier étant le seul défenseur à effectuer un retour avec l’équipe. Pour les nouveaux venus, spécialement ceux avec aucune expérience au niveau junior majeur, la transition semble avoir été plutôt facile.

« C’est bien de voir les nouveaux joueurs se prouver », remarque Mercer. « La différence est assez grande, il faut s’habituer à jouer trois matchs en trois ou quatre soirs et de pratiquer durant la semaine. C’est une grosse adaptation qui peut en fatiguer plusieurs, mais notre groupe a accepté le défi. »

Boucher, qui avait tempéré ses attentes en début de saison, reconnaît plusieurs des mêmes éléments que son joueur étoile.

« J’ai toujours pensé que nous pouvions jouer pour l’avantage de la glace, c’était un peu ça l’objectif », a commenté le DG. « J’aime bien le groupe qu’on a. Ils aiment vraiment leur sport. Ils viennent à la patinoire et ils s’amusent. C’est un solide groupe de bonnes personnes », a-t-il poursuivi, tout en soulignant les contributions de Campbell et du gardien partant de première année, Anthony Morrone.

Et qu’en est-il de Hartley, lui qu’on a décidé de ramener suite à la défaite des Voltigeurs de l’an dernier? C’est un autre morceau de qualité dans l’entourage de l’équipe selon Mercer.

« Je suis très à l’aise avec Steve », dit-il. « On sait à quoi s’attendre avec lui. Il nous encourage à nous surpasser à tous les jours. Notre objectif est toujours de progresser, jamais de reculer. Steve est largement responsable d’instaurer cette mentalité. Il nous garde dans le droit chemin. »

Les bons joueurs. Le bon monde. La bonne direction.

_

Finalement, il y a la bonne approche.

Ce club surpasse les attentes à pratiquement tous les niveaux. Et le nouveau DG en ville a un contrat de trois ans en poche alors que son personnel d’entraîneurs vient de renouveler pour deux. Est-ce que les succès de l’équipe en début de saison ont changé les bases du solide plan qui est déjà en place?

« Ne vous faites pas d’idées, il y des choses que nous devrons adresser durant la pause de Noël », mentionne Boucher. « Mais comme je l’ai dit avant, on n’a pas besoin d’attendre de frapper le fond du baril avant de commencer à reconstruire. »

L’homme derrière les nouveaux Voltigeurs sait exactement de quoi il parle. Alors qu’il était DG des Remparts, il avait dû faire face à un processus de reconstruction similaire durant quelques saisons après que Québec ait été la ville hôtesse du tournoi de la Coupe Memorial de 2015.

Mais avec un bon mélange de talent, d’attitude et de méthodologie, les Voltigeurs – de la direction aux joueurs – s’attendent à gagner à tous les soirs. Peu importe ce que le futur réserve.

Que les autres clubs continuent de les négliger, ils adorent ça.

 

plus de nouvelles
Nos 18 | Top 5 Jeux de 2019-2020 des Voltigeurs
Il y a 3 jours
Ne laissez pas nos joueurs seuls cette saison...
il y a 2 semaines
La LHJMQ dévoile son calendrier régulier de 2020-2021
il y a 3 semaines
Matchs hors-concours webdiffusés gratuitement grâce à Canadian Tire
Il y a 1 mois
Remboursements de billets
Il y a 1 mois
Liste des 34 joueurs invités au camp d'entraînement 2020
Il y a 1 mois